Du Bruit Côté Cuisine

Buzz, News et Infos de la gourmandise, de la gastronomie et des plaisirs de la table. Spécial Gourmets Ile de France-Ouest (Yvelines, Essonne, Normandie) Page Facebook Du Bruit Côté Cuisine

03 juin 21

Ryoko Sekiguchi, Dans Beyrouth inondée de lumière

 t-marbouta‎(Photos Ryoko Sekiguchi)

"Je suis restée à Beyrouth presque un mois et demi, du 6 avril au 15 mai 2018, 961 heures au total. Je voulais réaliser le portrait de la ville à travers la cuisine : les gestes de ceux qui la font, les histoires racontées par les Beyrouthins… La cuisine est le seul outil que je possède pour me rapprocher d’une ville. Tant qu’il y aura des gens pour la préparer, dans leur pays ou en terre d’exil, pour prendre des forces. Pour une table idéale".

E00145183726-sekiguchi_jdg1__c_felipe_ribon_nb(D.R.)

Invitée en 2018 par La Maison des Ecrivains pour raconter Beyrouth, l'auteure et traductrice franco-japonaise Ryoko Sekiguchi s'apprête à terminer son manuscrit au cours de l'été 2020. C'est compter sans les aléas de l'histoire et le destin qui vont faire de ce séjour et de ce projet de livre somme toute assez classiques une parenthèse irremplaçable entre deux catastrophes: d'abord la révolution libanaise d'octobre 2019, puis l'explosion du port de Beyrouth le 4 août 2020.

Le livre, finalement publié en avril 2021, sera donc le témoignage de quelqu'un qui a connu Beyrouth "avant", avant ce "quelque chose comme un couteau (qui a tranché) dans le vif: mémoire de la ville, espoir, énergie infatigable des habitants..."

Pâtisserie Haddad BeyrouthBeyrouth pborj hammoud b

Un récit d'autant plus précieux qu'il émane d'une auteure dotée de différents statuts dont certains favorisent la distance objective de l'observateur étranger de passage et d'autres lui procurent une proximité empathique avec une population qui va de drame en drame. Distance en tant que jeune femme au physique asiatique, de langue maternelle japonaise mais s'exprimant en français, sans affiliation confessionnelle immergée dans une société aux multiples identités ethniques et religieuses. Proximité parce que le récit personnel de Ryoko est ponctué de l'expérience de plusieurs pays d'Orient (du Japon à la Syrie en passant par l'Iran) et imprégné de la référence à la catastrophe de Fukushima qui a frappé le pays de ses origines en 2011.

Beyrouth Ct-marbouta‎Photos_RS

Au fil des 321 mini-chapitres -référence aux 321 plats qu'elle a goûtés pendant son séjour-, l'auteure offre un "condensé des goûts de la ville, des couleurs, des odeurs, des voix, des goûts et des gestes des gens qui cuisinent" et de ce que les habitudes et traditions alimentaires disent de la société beyrouthine, de son histoire, de ses tabous, de son rapport aux immigrés, de ses différences sociales, de l'atmosphère de ses quartiers..

marché badaro photo fb du marché qmarch__badaro_photo_fb_du_march__mmarché badaro photo fb du marché l(Photos Marché Badaro Urban Farmers) 

Depuis l'évocation du kebbeh, véritable ciment de la cuisine libanaise, du "tabbouleh, petite bombe de vie explosive", et du ma'amoul -ce gâteau qui se prépare aussi bien pour la Pâques des chrétiens que pour l'Aïd al-Adha des musulmans-, jusqu'à la disparition du sonore cri des vendeurs ambulants de pain ka'ak, au remplacement du boulghour par le riz dans de nombreux plats libanais, à la concentration de la transmission des recettes traditionnelles entre les mains des femmes immigrées employées par la bonne société beyrouthine, en passant par la fin de la préparation du dessert la moufataka dans les familles (trop long à préparer !)- ou par la multiplication des marchés de producteurs locaux dans les quartiers résidentiels, etc, etc... ce livre de cuisine unique en son genre donne à voir et à ressentir Beyrouth dans toute sa force et dans toutes ses fragilités et nous rend les Beyrouthins si proches et leur rapport à la nourriture si fraternel.

marché badaro photo page FB du marché (2)marché badaro photo FB du marché

Une fois le livre refermé, c'est bien "l'image de Beyrouth inondée de lumière" qui reste dans nos mémoires. 

Née en 1970 à Tokyo, Ryoko Sekiguchi vit à Paris depuis 1997, est traduite en français depuis 1999 et écrit dans notre langue depuis 2003.

961 heures à Beyrouth (et 321 plats qui les accompagnent), Ryoko Sekiguchi, Editions P.O.L