Du Bruit Côté Cuisine

Buzz, News et Infos de la gourmandise, de la gastronomie et des plaisirs de la table. Spécial Gourmets Ile de France-Ouest (Yvelines, Essonne, Normandie) Page Facebook Du Bruit Côté Cuisine

10 mars 20

Balade funéraire gourmande, Quand la Faucheuse se met à table...

numérisation0004Illustrations Julie Chauville

Autour de la mort, il existe ici bas autant de traditions et de rituels que de continents, de pays, de cultures, d'ethnies, de religions, de croyances, de tabous. Malgré leurs différences apparentes, les humains de tous poils ont en commun les mêmes interrogations face à l'au delà et pratiquent tous autant qu'ils sont le respect des défunts et la commémoration régulière des ancêtres et des proches disparus.

Dans leur réjouissant ouvrage Balade funéraire gourmande, publié en janvier 2019 aux Editions Fage, Julien Barbet et Julie Chauville montrent que, partout sur Terre, la quasi-totalité des funérailles et fêtes des morts se soldent par un repas pris en commun entre vivants, pour partager, se souvenir, se réconforter, se rassurer, et remercier ceux qui sont parfois venus de loin et ont un long chemin de retour à faire.

unnamed 

Les deux compères, lui cuisinier-restaurateur lyonnais d'origine franco-argentine, et elle, graphiste-illustratrice et "graffiti-artiste" connue sous le pseudo de Shoveentrainent le lecteur à la suite de feu Ernest Grandfaim -fondateur de la Confrérie des Gourmands Éternels !-, qui, de pérégrinations en pérégrinations, nous fait découvrir les rituels et traditions culinaires qui se perpétuent à travers le monde pour commémorer les défunts et nous en donne les recettes.

numérisation000651442640_10155781954906568_558460823538761728_nnumérisation0005

Au cours de son périple aux Amériques, Ernest Grandfaim s'est initié au Mutton stew (ragoût de mouton) des indiens Navajos, à la Tarte au raisin (la Funeral Pie) des Amish, une communauté religieuse anabaptiste qui vit à l'écart du monde moderne, au Cheesy hash browns à base de purée de pommes de terre, crème de poulet, oignons, fromage qui fait office de Funeral potatoes chez les Mormons, aux Pains des morts mexicains, au Pib ou Mucbipollo guatémaltèque (qui désigne en langue maya "le poulet qui a été enterré"), au lechon peruana -cochon de lait grillé- du Pérou, aux pan wawa (pain bébé, des petits pains dont la forme évoque des bébés emmaillotés) péruviens et équatoriens, à la colada morada, une boisson à base de farine de maïs, piments, ananas, cannelle, girofle, citronnelle, qui symbolise le deuil en Equateur et qui est consommée sur les tombes. 

numérisation0001numérisation0008numérisation0002

Sur d'autres continents, le Chef -qui continue imperturbablement à fréquenter les cimetières et les cérémonies funéraires- nous raconte le Massalé de cabri des Tamouls de l'île de la Réunion (le massalé, mélange d’épices en poudre étant la version réunionnaise du Garam massala indien),  les Okuri dango, ces petites boules de mochi (pâte de riz gluant sucrée) que les Japonais préparent pour honorer les ancêtres, le Yukaejang coréen (une soupe de bœuf épicée aux oignons verts et piment rouge (ce piment étant censé protéger les invités contre les mauvais esprits), le Délice du bouddha composé de18 ingrédients (comme les dix-huit bouddhas...) qui purifie l'esprit du défunt en Chine, la coutume du Madar en Arménie, le sacrifice d’un mouton en souvenir des défunts, les origines de l'expresssion "Bientôt nous allons devoir commencer à manger des pois" pour symboliser les funérailles en Estonie et en Finlande ou de la question "Le mort a-t-il été enterré avec du jambon" (buried with ham) en Angleterre,  le Koliva, une préparation à base de blé bouilli propre au rituel de l'Eglise orthodoxe, etc, etc...

numérisation0003numérisation0007

Si certaines de ces recettes mortuaires sont parfois difficilement accessibles, car ne se transmettant que par voie orale en Afrique notamment, et si bien de ces traditions sont en voie de disparition, il ne reste pas moins que la cuisine et les échanges autour d'un repas ou d'un simple plat constituent "un lien de connexion incroyable" entre vivants.

Ce petit livre, joliment documenté et illustré et qui fait partie des trois premiers ouvrages de la collection Dilaceratio Corporis des Éditions Fage, nous apporte la preuve que, partout sur la planète, "grâce à la nourriture et aux différentes traditions funéraires, les vivants sont unis et font revivre l’esprit des êtres aimés".

Balade funéraire gourmande, Julien Barbet et Julie Chauville, Editions Fage