Du Bruit Côté Cuisine

Buzz, News et Infos de la gourmandise, de la gastronomie et des plaisirs de la table. Spécial Gourmets Ile de France-Ouest (Yvelines, Essonne, Normandie) Page Facebook Du Bruit Côté Cuisine

03 mai 17

Une sauce réussie ? La plus haute expression de l'art culinaire, selon Adrienne Monnier

shaleso (2)(D.R.)

Dans son livre de souvenirs "Le monde et ma caméra" (Editions Denoël), la photographe française d'origine allemande Gisèle Freund parle d'Adrienne Monnier comme "l'une des plus grandes gourmandes de Paris". Un très prosaïque qualificatif pour cette intellectuelle qui, dans sa librairie parisienne Shakespeare § Co (située au 7 de la rue de l'Odéon), reçut à sa table tout ce que les lettres contemporaines des années 1930 et de l'après-guerre comptaient de gloires confirmées et de débutants appelés à devenir célèbres.

260px-Gisèle-Freund801343(James Joyce, Sylvia Beach et Adrienne Monnier, photographiés par Gisèle Freund dans la librairie Shakespeare § Co)

"La librairie d'Adrienne Monnier était un haut lieu de la littérature, raconte Gisèle Freund, mais sa table était tout aussi réputée. J'assistais à quelques uns des fameux dîners qu'elle offrait à ses amis. Adrienne était une cuisinière étonnante et aimait bien manger. - Il faut préparer les plats très simples avec un très grand soin, disait-elle, pour bien préserver la saveur naturelle de l'aliment. Elle disait encore : C'est pour des raisons analogues que la cuisine et la mode françaises règnent sur le monde : elles recherchent avant tout le ton  sur ton; elles se veulent fines, discrètes, nuancées, riches de substances et économes de moyens.

Tous les jours, elle se rendait au marché de la rue de Buci, de l'autre côté du boulevard Saint Germain, car une bonne cuisinière doit savoir acheter. Elle conseillait aux femmes d'apprendre à reconnaître les caractéristiques des bonnes viandes, des fines volailles, des poissons délicats. - On ne doit rien ignorer des fromages, disait-elle. On doit apprendre à goûter les vins. Ce n'est pas parce que les sauces sont lourdes à digérer et qu'elles font engraisser que l'on doit les éviter. Une sauce réussie est, sans doute, la plus haute expression de l'art culinaire.  Il faut en manger, de temps en temps, avec application et recueillement, comme on lit un poème. Et surtout (ça, c'est ma passion qui parle), il faut être une excellente pâtissière".

Le monde et ma caméra, Gisèle Freund, Editions Denoël


Commentaires

Poster un commentaire